Blue Jay Way

Magical Mystery Tour, 1967
 
Blue Jay Way : plaque de rue
Blue Jay Way est à l'origine une rue des hauteurs de Los Angeles.

Après le travail sur Sgt. Pepper's, l'heure était venue pour les Beatles de prendre quelque vacances avant d'attaquer un nouveau et encore vague projet artistique, le film Magical Mystery Tour. Pour George et son épouse Pattie, la destination de villégiature choisie est une villa sur les hauteurs de Hollywood prêtée par un avocat. Le couple s'y installe avec quelques amis le 1er août 1967. Épuisés par le voyage en avion, ils attendent cependant pour la soirée un autre ami, Derek Taylor, ancien attaché de presse des Beatles et membre de leur entourage proche. Malheureusement, la villa se situe sur Blue Jay Way, une route connue à Los Angeles pour être très difficile à trouver. Comme le raconte George en 1968, « Derek a été retenu. Il a appelé pour dire qu'il aurait du retard. [...] Donc j'ai attendu, attendu. J'étais vidé après le voyage en avion, mais je ne voulais pas aller me coucher avant qu'il soit arrivé. Il y avait du brouillard, et il était de plus en plus tard. Pour passer le temps, simple blague en l'attendant, j'ai composé une chanson sur le fait de l'attendre sur Blue Jay Way. »

C'est donc sur un orgue Hammond qu'est composée cette chanson à l'atmosphère nébuleuse, évoquant le brouillard. Les paroles sont simples et résument parfaitement l'histoire vécue par Harrison : « There's a fog upon L.A. and my friends have lost their way... » (« Il y a du brouillard sur L.A. et mes amis se sont perdus... »). Le texte évoque l'approche du jour, l'ennui dans l'attente et les conseils pourtant donnés aux amis en question pour les guider. Le refrain offre pour sa part une variation sur le thème « Please, don't be long... » (« S'il vous plaît, ne tardez-pas ! »).

À la fin de l'été, la carrière des Beatles prend un nouveau tour avec la mort inattendue de leur manager, Brian Epstein. Magical Mystery Tour est malgré tout maintenu sur les rails afin de souder le groupe autour d'un projet. Celui-ci sera reconnu pour son côté décousu, et les chansons qui en composent la bande son sont donc piochées aléatoirement dans les compositions actuelles du groupe. Blue Jay Way sera donc la contribution de George au film. Les séances commencent les 6 et 7 septembre, en même temps que le travail sur le célèbre et psychédélique I Am the Walrus de John. Le 6 octobre, une session permettra de rajouter du violoncelle et du tambourin.

George MMT
George dans la scène de Magical Mystery Tour durant laquelle il interprète Blue Jay Way.

Le morceau est probablement, du point de vue des innovations technologiques, le projet le plus avancé qu'ait mené Harrison au sein des Beatles. Mark Lewisohn en parle comme de son Strawberry Fields en référence à la chanson de Lennon. Pour créer l'atmosphère nébuleuse évoquant le brouillard de la chanson, George Martin et les ingénieurs du son ont en effet recours à toutes les techniques de studio disponibles. Le double tracking (la technique qui consiste à doubler un instrument, une voix), est utilisé à outrance ici, de même que le flanger, un effet sonore obtenu en répétant un signal légèrement décalé. La voix de George est pour sa part repassée dans une cabine Leslie. Ce dispositif était à l'origine utilisé pour moduler les sons d'un orgue Hammond (justement l'instrument sur lequel George a composé et joue cette chanson), mais les Beatles l'ont déjà utilisé pour transformer la voix de John sur Tomorrow Never Knows l'année précédente.

Musiciens :
  • George Harrison : chant, orgue Hammond
  • John Lennon : chœurs, tambourin
  • Paul McCartney : chœurs, basse
  • Ringo Starr : batterie, percussions
  • Non crédité : violoncelle

Le disque Magical Mystery Tour qui sort en novembre 1967 au Royaume-Uni n'est pas à proprement parler un album. C'est un double EP (extended play), une sorte de maxi-single de six chansons publié dans un coffret élégant. Sur la disposition de l'EP, la chanson de George occupe, seule, la toute dernière face. Aux États-Unis, en revanche, le disque sort au format d'un album classique : la première face contient les chansons de l'EP britannique, l'autre tous les singles publiés cette année là. Autant dire qu'entre Strawberry Fields Forever, All You Need Is Love, Penny Lane et Hello Goodbye, la quantité de hits est assurée. C'est depuis devenu l'édition officielle du disque. Sur cette version, comme le dit le musicologue Alan Pollack, Blue Jay Way a le malheur de suivre l'instrumental Flying, écrit dans la même tonalité et à l'ambiance proche. La notoriété du morceau de George s'en serait ressentie.

Blue Jay Way garde, en ce qui concerne ses aspects musicaux, un fort lien avec l'Inde. Musicalement, dans les tonalités, on est dans la continuité de Within You Without You. Dans le sens, en revanche, les choses sont on ne peut plus opposées ! Après avoir parlé de la vie, de la mort, de l'amour, voici un texte bien terre-à-terre, une blague sur une situation toute bête, l'attente d'un ami un soir. Les critiques se sont d'ailleurs laissés berner : comment le Beatle mystique aurait-il composé quelque chose de si anecdotique ? Il devait y avoir un sens caché. Et si le refrain disait en réalité : « Please, don't belong » (« S'il vous plaît, n'ayez pas d'appartenance »). Serait-ce là un message à la jeunesse pour lui dire de refuser toute attache, de rejeter la société ? Et lorsqu'il parle de ses amis déboussolés, ne parlerait-il pas d'un égarement de la pensée, d'une ignorance qu'il a lui-même surmontée ? À tout cela, Derek Taylor qui, une fois arrivé, a pu voir la chanson terminée, répond catégoriquement que ce n'était qu'une chanson toute simple. Dans le monde de l'art, tout est question d'interprétation...

Paroles :
There's a fog upon L.A.
And my friends have lost their way...
"We'll be over soon" they said,
Now they've lost themselves instead.

Please don't be long please don't you be very long
Please don't be long or I may be asleep

Well it only goes to show
And I told them where to go
Ask a policeman on the street
There's so many there to meet

Please don't be long please don't you be very long
Please don't be long or I may be asleep

Now it's past my bed I know
And I'd really like to go
Soon will be the break of day
Sitting here in Blue Jay Way

Please don't be long please don't you be very long
Please don't be long or I may be asleep.
Please don't be long please don't you be very long
(Répété plusieurs fois)
Il y a du brouillard sur L.A.
Et mes amis ont perdu leur chemin...
"Nous serons bientôt là" ont-ils dit,
Au lieu de ça, ils se sont perdus désormais.

S'il vous plait, ne tardez pas, s'il vous plait, ne tardez vraiment pas
S'il vous plait, ne tardez pas, ou je pourrais m'endormir.

Bon ça semble se confirmer
Et je leur ai dit où aller...
Demandez à un policier dans la rue,
Il y en a tellement à rencontrer !

S'il vous plait, ne tardez pas, s'il vous plait, ne tardez vraiment pas
S'il vous plait, ne tardez pas, ou je pourrais m'endormir.

Maintenant je sais qu'il est plus que temps d'être au lit
Et j'aimerais vraiment y aller
Bientôt le jour va se lever
Assis ici sur Blue Jay Way.

S'il vous plait, ne tardez pas, s'il vous plait, ne tardez vraiment pas
S'il vous plait, ne tardez pas, ou je pourrais m'endormir.
S'il vous plait, ne tardez pas, s'il vous plait, ne tardez vraiment pas
(Répété plusieurs fois)



Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement