Cloud Nine

Long time ago, when we was fab  
 

Cloud Nine

Publié en novembre 1987 chez Dark Horse Records
Enregistré de janvier à août 1987
Produit par George Harrison et Jeff Lynne
11 pistes, 49 minutes

Avec :

George Harrison (chant, guitares, synthétiseur), Jeff Lynne (guitares, basse, synthétiseur), Eric Clapton (guitares), Jim Keltner (batterie), Ringo Starr (batterie), Elton John (piano), Ray Cooper (percussions)

Et la participation de :

Jim Horn, Bobby Kok, Gary White

8e position aux États-Unis, 10e au Royaume-Uni

Retour à la musique pour un George Harrison qui s'en était éloigné depuis maintenant cinq ans. On s'en souvient, George avait attaqué cette décennie des années 1980 de façon assez chaotique. Non, son talent ne s'était pas évaporé comme on pourra le lire plus tard : il était encore capable de composer de belles chansons. Mais il était totalement à l'opposé des modes et courants de la période, et, dans une situation continuellement conflictuelle avec ses éditeurs, il n'avait plus la marge de manoeuvre qu'il aurait désirée. En ont résulté les inégaux albums Somewhere in England et Gone Troppo qui, s'ils ne manquent pas de contenu, ont en revanche un flagrant manque d'unité etn parfois, de sérieux. George craquait, et il avait besoin de recul pour ne pas sombrer définitivement.

Cloud Nine est donc l'effet de ces années de repos. Repos loin d'être total puisque George s'est engagé dans la voie du cinéma avec des succès inégaux, s'est consacré à sa famille, à ses passe temps, et a même composé et interprété quelques chansons pour des bandes originales de films, notamment le désastreux Shanghai Surprise. Désastreux, l'accueil du film l'est, à n'en point douter. Son effet sur l'oeuvre de George, en revanche, est à l'opposé, puisqu'il pose les base d'un nouvel album. Deux des chansons du film seront en effet réenregistrées pour Cloud Nine.

Afin de travailler dans le meilleur des climats, Harrison cherche à s'adjoindre un producteur de talent. Il rencontre un jour Jeff Lynne, de l'Electric Light Orchestra, et lui propose de participer à son futur album. C'est d'ailleurs un album en petit comité qui est finalement produit. Lynne et Harrison assurent toutes les guitares, assistés ponctuellement, sur That's What It Takes, d'Eric Clapton qui propose les solos dont lui seul a le secret. À la batterie, le fidèle Jim Keltner officie comme à son habitude, remplacé parfois, excusez du peu, par un Ringo Starr alors en pleine décrépitude. Les habituels cuivres de Jim Horn sont également de la partie, tandis que le pianiste Gary Wright, également un habituel des sessions de George, joue sur certains morceaux et est parfois remplacé par Elton John. Un petit comité comparé aux premiers albums ; une bande d'amis, qui se retrouve régulièrement à Friar Park pour travailler dans une bonne ambiance.

Jeff Lynne
Jeff Lynne, de l'Electric Light Orchestra, devient co-producteur de Cloud Nine.

Les chansons sont pour la plupart composées par George seul, mais Jeff Lynne apporte sa touche personnelle à trois des chansons : This Is Love, That's What It Takes et When We Was Fab. Cette dernière s'inscrit dans une volonté de George de se rattacher un peu à un passé de Beatle qu'il avait longtemps repoussé. La couleur est annoncée dès la pochette sur laquelle il apparaît portant la Gretsch 6128 Duo Jet qu'il utilisait aux débuts du groupe. Sur Fish on the Sand, pourtant très Harrisonnienne dans le ton (crise spirituelle et impression d'être perdu « comme un poisson sur le sable »), la Rickenbacker à 12 cordes semble tout droit sortie d'un des premiers disques des Beatles. Mais c'est surtout le deuxième single issu de l'album, When We Was Fab, qui est le cœur de cette thématique. Ringo y tient la batterie dans un style très proche de ce qu'il jouait, vingt ans plus tôt, sur I am the Walrus, dont la chanson reprend un peu le climat déjanté et oppressant. Quant au titre, c'est une référence directe aux Fab Four.

Le ton décalé et l'humour cynique de George est également présent ailleurs dans le disque. Le rock vif intitulé Devil's Radio est ainsi une charge directe et puissante contre les médias que l'ancien Beatle méprise. Wreck of the Hesperus est pour sa part une chanson pleine d'auto-dérision que compose Harrison. Il se fait aussi parfois plus sombre et sérieux, notamment sur Just for Today. Inspirée par un tract des alcooliques anonymes, la chanson devient un manifeste invitant à vivre au jour le jour. Même sur un disque très connoté « pop-rock », George ne se prive pas de quelques excursions du côté de sa pensée. Enfin, l'Orient n'est jamais loin ; mais cette fois-ci, faute d'Inde, c'est en Chine qu'Harrison nous emmène avec Breath Away from Heaven, rescapée de la B.O. de Shanghai Surprise.

Vient enfin le clou de l'album, celui qui assure son succès, le dynamique Got My Mind Set on You. C'est une chanson datée, composée 27 ans plus tôt et qui n'avait pas connu le succès, que Harrison remodèle pour en faire un véritable hit. Facile à reprendre en choeur, fluide et tonique, c'est une chanson qui s'écoute facilement, accessible à tous. Bref, un tube grand public comme Harrison n'en avait pas eu depuis des années. Le public ne s'y trompe pas et propulse le single en tête des charts aux États-Unis, et sur la deuxième marche du podium au Royaume-Uni. Le meilleur score de George depuis 1973.

Cloud Nine est souvent présenté comme le pendant d'All Things Must Pass ; comme s'ils étaient, finalement, les deux seuls bons disques de George. Ce sont, à n'en pas douter, des disques qui comptent parmi ses meilleurs, mais Cloud Nine n'a étrangement pas été de ceux que j'ai le plus écoutés, à l'inverse d'un Brainwashed, par exemple. Meilleur album de Harrison depuis 1970 ? Certainement pas, mais le débat est vain de toute façon : ceux qui collent de telles étiquettes aux disques sont souvent ceux qui n'ont pas pris le temps d'écouter les précédents. Cloud Nine est un très bon album, quoi qu'il en soit, et vaut sans aucun doute le détour.

Liste des chansons :
  1. Cloud Nine
  2. That's What It Takes
  3. Fish on the Sand
  4. Just for Today
  5. This Is Love
  6. When We Was Fab
  7. Devil's Radio
  8. Someplace Else
  9. Wreck of the Hesperus
  10. Breath Away from Heaven
  11. Got My Mind Set on You



Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement