You

Extra Texture (Read All About It), 1975
 

Critiqué de toutes parts après la publication de Dark Horse, pour avoir écrit des textes trop personnels, voire trop égocentriques, ou trop spirituels. Une chose est certaine, aucun journaliste n'aurait pu faire la même critique à l'égard de You, même avec beaucoup de mauvaise foi. C'est un titre vieux de quatre ans, composé par un Harrison désireux de rendre hommage aux chansons du label Motown qu'il avait beaucoup apprécié dans les années 1960. Plusieurs des reprises faites par les Beatles sur leurs premiers albums étaient issues de ce répertoire, qui a exercé une nette influence sur une partie de leur oeuvre. C'est donc en hommage à ces morceaux et aux girls groups qui les interprétaient qu'il écrit cette chanson d'amour au texte très simpliste.

Ronnie Spector dans les années 1970
You était à l'origine destinée à Ronnie Spector, épouse du producteur Phil Spector.

You est écrite avec en tête les Ronettes, un groupe mené par celle qui est ensuite devenue Ronnie Spector, l'épouse du producteur Phil Spector. C'est lors de la collaboration de ce dernier avec George sur All Things Must Pass qu'est venue l'idée d'écrire des chansons pour Ronnie, début 1971. Harrison en compose deux, Try Some, Buy Some et You, en prévoyant de faire un album à terme. Les enregistrements débutent le 2 février avec Leon Russel au piano, Gary Wright aux claviers, Jim Gordon à la batterie et Carl Radle à la basse, tandis que Harrison s'occupe du riff de guitare électrique. Des problèmes de santé de Spector interrompent les séances puis il est finalement décidé de publier Try Some Buy Some en premier single. Le faible succès du disque annule la sortie de You, dont les enregistrements restent dans les cartons.

Retour en 1975, donc, où Harrison envisage d'enregistrer sa propre version de la chanson. Le projet ne doit cependant pas l'embaler au point de reprendre à zéro, puisqu'il enregistre sa voix à la place de celle de Ronnie Spector, reconnaissant dans I Me Mine que c'était peut-être un registre un peu trop aigu. Des ajouts sont ensuite faits, en mai 1975, en particulier l'emblématique saxophone de Jim Horn, qui donne sa signature et une tonalité plus bluesy à la chanson, tonalité que l'on retrouve dans la totalité de l'album Extra Texture. On retrouve également des claviers, mais aussi la batterie pleine de dynamisme de Jim Keltner qui se superpose à celle de Gordon. Quant au chant de Spector, il reste très vaguement présent.

Musiciens :
  • George Harrison : chant, guitare électrique, choeurs
  • Ronnie Spector : chant (très partiel)
  • Leon Russel : piano
  • Jim Keltner : batterie
  • Jim Gordon : batterie, tambourin
  • Gary Wright : piano électrique
  • Jim Horn : saxophone
  • Carl Raddle : basse
  • David Foster : orgue, synthétiseur de cordes

Une fois enregistrée, You est placée en tête de l'album Extra Texture (Read All About It) ; un extrait, nommé Another Bit of You ouvre pour sa part la face B de l'album. Le potentiel commercial de la chanson est clairement saisi, et c'est ainsi qu'elle est publiée en single quelques semaines avant la publication de l'album, avec World of Stone en face B. C'est un choix judicieux, puisque la chanson, commerciale a soit, ne contient rien qui puisse contrarier les critiques, qui l'accueillent donc avec plus d'enthousiasme que Dark Horse. Pour Rolling Stone, qui avait étrillé cet album, You est la meilleure chanson de Harrison depuis My Sweet Lord. Si certains trouvent encore à redire à l'époque, You finit par faire l'unanimité pour elle, et en est arrivée à faire partie des classiques du musicien. Cependant, elle ne parvient pas à connaître un succès conséquent dans les charts, avec une décevante 38e place au Royaume-Uni, et une à peine meilleure 20e position en Amérique, résultant probablement des précédents échecs.

Musicalement, You offre une mélodie efficace, sans prise de tête, et une belle performance vocale. Pourtant, ce serait certainement une insulte de la classer dans les meilleurs travaux de Harrison. Purement commerciale, au texte inexistant, elle se rapproche peut-être de ces chansons sans substance qu'il dénonce dans Blood from a Clone, sur Somewhere in England. George Harrison a en effet composé de bien meilleures mélodies, et des textes beaucoup plus profonds. Son épouse Olivia ne s'y est pas trompée et lui a préféré bien des chansons moins connues lorsqu'il s'est agi de réaliser une compilation de l'œuvre de son défunt mari, Let It Roll. En 1975, Apple ne s'était en revanche pas privée de l'inclure dans la compilation The Best of George Harrison, réalisée sans l'avis de son auteur. Son absence sur les compilations récentes, et le fait qu'elle apparaisse sur l'un des deux albums de Harrison qui n'ont plus été réédités depuis 1992, font qu'elle n'a pas été remastérisée, et est plus difficile à trouver que les autres hits du musicien.

Paroles (version sans répétitions présentée dans I Me Mine) :
I, I,
Love, love,
and I, and I love,
you, oh you !

You, you,
love, love
and you, yes you, love
me, yeah you.

And when I'm holding you, ooh what a feeling
Seems so good to be true
That I'm telling you that I must be dreaming

And I, and I
I love you
Yeah you
Je, je,
J'aime, j'aime
Et je, et je t'aime
Oh toi !

Tu, tu,
Aimes, aimes
Et tu, oui tu m'aimes,
Yeah toi !

Et quand je te tiens dans mes bras, oh quel sensation
Ca semble trop bon pour être vrai
Au point que je te dis que je dois rêver

Et je, et je
Je t'aime
Yeah, toi



Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement